église saint-gervais-saint-protais

histoire & œuvres d'art

Histoire de l’église

Découvrez l’Église Saint-Gervais à travers trois étapes de joie et trois plus douloureux de son histoire.

Que de joies célébrées dans cette église !

Que de drames vécus dans cette église !

Au Moyen-âge

Saint-Gervais, première église édifiée sur la rive droite, est la paroisse du plus grand port de Paris, port au vin, au foin et aux grains. Le quartier de Grève bruisse de vitalité. Artisans, commerçants, hommes d’affaires s’y disputent les échoppes. Les stalles de l’église les représentent en bande dessinée, boulangers, rôtisseurs, foulons, tanneurs, etc.

Au XVI siècle

Repaire de la ligue au XVI em s, on y complote contre le roi Henri III qui choisit pour dauphin un protestant, le futur Henri IV. Saint Gervais devient un centre politique révolutionnaire.

Au XVII siècle

Saint Gervais, proche du Louvre où réside le roi, devient la paroisse la plus huppée de Paris. Que de fidèles célèbres… Guillaume Budé, Philippe de Champaigne, Scarron ! Mme de Sévigné s’y marie, Bossuet y prêche, la dynastie des Couperin y tient le grand  orgue.

Fin XVIII siècle

Saccagée et pillée pendant la révolution, l’église est fermée au culte catholique. En 1793, elle devient le temple de la déesse raison. Elle abrite la secte des théophilanthropes. La chapelle de la Vierge est transformée en salle de bal !

Au XX siècle

Le 29 mars 1918, pendant l’office du vendredi saint, un obus à longue portée lancé par les Allemands, touche l’église côté nord. Une partie de la voûte s’effondre sur les fidèles en prière. Un vrai carnage : 100 morts sans compter les blessés.

Aujourd’hui

Le premier novembre 1975, les Fraternités Monastiques de Jérusalem y sont appelées. Elles y célèbrent une belle liturgie qui attire un grand nombre de fidèles. Les offices des laudes, du milieu du jour et des vêpres y sont retransmis sur la chaîne ktotv. com.

ARCHITECTURE

Saint Gervais est une église gothique flamboyant, aux lignes simples et épurées, avec peu de décors, bien adaptée à l’implantation d’une communauté monastique..

Plus de 1500 ans de culte chrétien sur le même site :

Au gré de l’essor démographique du quartier du port de Grève, trois églises se succèdent :

» La première date du Ve ou VIe s. C’est la chapelle du charnier de Lutèce, située sur la rive droite de la Seine, sur le monceau Saint Gervais.

» La seconde est de style gothique. Elle est consacrée en 1420. La plaque de sa dédicace se trouve sur le mur nord du chœur.

» La troisième, c’est notre église actuelle. Pour abriter les fidèles d’une des paroisses les plus importantes de Paris, il faut à nouveau agrandir. L’ancienne église n’est pas détruite mais dilatée. Un chantier de plus de 163 ans est lancé de 1494 à 1657,  sur les plans de Martin Chambiges, le célèbre maître du gothique flamboyant. Pour être au goût du jour, la façade terminée en 1621, est du plus pur style classique. C’est l’œuvre de Clément Métezeau, architecte du roi et Louis XIII enfant, en pose la première pierre en 1616.

que voyons nous en entrant dans Saint Gervais ?

Nous voyons un chemin de lumière, une montée et une croix. Et ces symboles au service de la beauté,  sont signifiants.

  • Un chemin qui invite à parcourir les 75 mètres de la longueur de l’église jusqu’au au fond de l’abside. Une route à emprunter en pèlerins « étrangers et voyageurs que nous sommes sur cette terre… aspirant à une patrie céleste. » (He 11. 13-16)
  • Une voie de lumière qui conduit au chœur, lieu eucharistique où Dieu s’y révèle comme « la Lumière » (1Jn 1, 5) qui appelle les chrétiens à vivre « en enfant de lumière. » (Ep 5,8)
  • Une montée. Une hauteur de près de 26 mètres sous voûte, rehaussée par une nef assez étroite d’environ 8 mètres, oriente le regard vers le sommet, vers le ciel. C’est un appel, « à regarder les choses d’en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu. » (Col 3,1) Car pour le chrétien « sa vraie cité se trouve dans les cieux. » (Ph 3, 20)
  • Une croix. De plan cruciforme, Saint-Gervais est une église orientée vers l’est en direction du soleil levant. Elle invite les fidèles à suivre le Christ, Soleil de Justice, sur son chemin pascal de mort et de résurrection.

Pourquoi ce patronage des saints Gervais et Protais ?

» En 386, en pleine crise arienne, saint Ambroise, évêque de Milan, apprend au cours d’une vision où sont inhumés les saints diacres martyrs Gervais et Protais, persécutés sous Néron, vers l’an 60.

» On fouille à l’endroit indiqué et l’on découvre des corps intacts qui sont portés en procession vers la basilique de la ville. Au passage des reliques, s’opèrent des miracles et peu à peu l’hérésie s’apaise.

» Comme une flambée, le culte des deux martyrs se répand dans toute l’Europe et bien-sûr en France. Aussi le patronage de la chapelle mérovingienne du charnier de Lutèce est vite trouvé. Ce seront les saints diacres martyrs Gervais et Protais.

VITRAUX

Jugement de Salomon

texte

Chapelle de la Vierge

Description des vitraux de la chapelle de la vierge

Vitraux de Sylvie Gaudin

texte

Vitraux de Claude Courageux

texte

TABLEAUX

retable de la passion :

texte

 

 

autre tableau

texte

autre tableau

texte

 

 

SCULPTURE

les Stalles

texte

la vierge du pilier

texte

le bas-relief de la dormition

texte

le christ en croix

texte

Orgue des couperin

une phrase à propos…

Informations générales

xxxxx

HISTOIRE

histoire de l’orgue

Les débuts

histoire de l’église

Les débuts

histoire de l’église